Dépistage et prévention des maladies rénales en Guinée


Les grands défis à venir sont aussi ceux de la prévention. En effet, si des moyens efficaces existent aujourd'hui pour prévenir ou retarder la progression de l'insuffisance rénale chronique et ses complications, celle-ci reste largement sous-diagnostiquée et sous-traitée.   ...
...   Mais pour être effective, une telle prévention requiert l'implication des professionnels de santé au-delà du champ de la néphrologie.

( Bénédicte Stengel, Inserm, et Paul Landais, Université Paris-Descartes,
in "Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire" du 27/09/2005 )

La Maladie Rénale Chronique (MRC) constitue un problème mondial majeur de santé publique. Son ampleur réelle en Afrique demeure inconnue.
Malgré les progrès réalisés dans l’identification et la prévention de la MRC et le traitement de la phase terminale de la maladie, ces domaines restent un grand défi en Afrique sub saharienne à cause de l’insuffisance des ressources nécessaires (humaines, matérielles et financières).

Compte tenu de l’augmentation de l’incidence et de la prévalence de la MRC dans les pays en voie de développement où les possibilités de dialyse sont limitées voire inexistantes (coûts prohibitifs), compte-tenu de son potentiel évolutif, des comorbidités associées et de la mortalité par insuffisance rénale chronique (IRC), l’identification précoce des personnes à haut risque de MRC et l’application des traitements préventifs sont donc d’une extrême importance.

Les symptômes du dysfonctionnement rénal sont le plus souvent discrets et peu spécifiques, ce qui peut expliquer le retard habituel du diagnostic et justifie des programmes de dépistage systématique des facteurs potentiels d'une insuffisance rénale, particulièrement le diabète et l'hypertension artérielle, dont nous avons vu (page "Rein") qu'ils étaient responsables de près de la moitié des insuffisances rénales.

ateliers

1ère étape : sensibiliser et former les personnels de santé

L'étape initiale du programme de prévention des maladies rénales en Guinée a consisté à sensibiliser et former les personnels de santé, premiers contacts du patient, au dépistage de l'insuffisance rénale, ainsi que du diabète et de l'hypertension artérielle. Une formation a été dispensée dans chacune des régions de la Guinée, de 2008 à 2012 (voir comptes-rendus des sessions en cliquant sur les villes de la carte).

Les médecins formés sont chargés d'une mission de rediffusion vers l'ensemble du corps sanitaire. Par ailleurs, en liaison avec les néphrologues de la capitale, ils participent à un suivi qui permettra une meilleure connaissance épidémiologique du terrain.

Des problèmes ont pu être identifiés au cours des rencontres, notamment la difficulté de trouver des laboratoires opérationnels pour le dosage de la créatinine.

Chaque participant aux sessions de formation recevait une documentation ainsi qu'une dotation initiale en matériel de néphrovigilance.

Les évaluations ultérieures de ces formations ont montré des résultats très positifs. Tous les participants contactés avaient pu mettre en pratique les connaissances acquises et les modes opératoires, et les avaient largement rediffusés auprès des professionnels médicaux de leur entourage. Pour le seul atelier de Kindia, après une année, 325 professionnels sensibilisés, 871 patients diagnostiqués "à risque" et 65 orientés vers le Service de Néphrologie de l’hôpital Donka à Conakry...

Les sessions de formation

Les formations ont concerné 71 professionnels de santé : Kindia 21, Labé 16, Kankan 16, Nzérékoré 18.

Chaque session portait sur 4 jours, la matinée étant consacrée aux aspects cliniques, et l'après-midi dédié à des travaux pratiques en sous-groupes, avec rédaction d'un Mode Opératoire (M-O).

  Thème Document réalisé (M-O)

J1 Insuffisance rénale chronique, clairance de la créatinine Bandelette urinaire

J2 Hypertension artérielle, facteurs de risques cardio-vasculaires Mesure de la Pression Artérielle

J3 Diabète et rein, Néphrotoxicité des médicaments, Diététique.
      Mesure de la glycémie capillaire, Cockcroft et IMC
Equilibre alimentaire

J4 Epidémiologie des maladies rénales et IR en Guinée,
      glomérulonéphrite post streptococcique.
Dossier du patient, registre, réseau de néphrologie
Dossier du patient

 

Dotation en matériel de néphrovigilance


2eme étape : création d'unités régionales de néphrologie

Les personnels de santé initiés à la néphrologie sont répartis sur le territoire, souvent éloignés de la capitale. Les compétences acquises leur permettent de diagnostiquer les maladies rénales, les prévenir, apporter un premier niveau de soin. Mais les cas graves nécessitent le transfert des patients sur les structures de Conakry. Pour offrir un soin de proximité et désengorger les services néphrologiques de la capitale, il est nécessaire de créer des Unités Régionales de Néphrologie, vivement réclamées lors des formations.

Missions des Unités Régionales de Néphrologie

Prendre en charge les malades souffrant de maladies rénales chroniques avant le stade terminal de l’insuffisance rénale

Cette étape a débuté en décembre 2011 par l'ouverture d'une première Unité de Néphrologie, au sein de l’Hôpital Régional de Kindia pg suivante (U.N.H.R.K) et par la formation des personnels compétents.